L Accumulator Retraite d AXA

La crise financière met en lumière les limites du système de retraites par capitalisation utilisé par les Etats-Unis mais aussi en Amérique du Sud ou encore en Europe.


La crise financière met en lumière les limites du système de retraites par capitalisation utilisé par les Etats-Unis mais aussi en Amérique du Sud ou encore en Europe.

Prenons l'exemple américain. La quasi-totalité des américains cotisent à des fonds de pension, qui sont de deux types :

- Les fonds qui proposent des plans à « bénéfices garanties » : le salarié verse une cotisation à son entreprise et celle-ci s'engage à verser au salarié une retraite d'un montant fixé à l'avance. Si l'entreprise ne peut pas verser cette somme garantie, un organisme d'Etat le fait, le Pension Benefit Guaranty Corporation.

- Les fonds non garantis, plus risqués et plus souples comme le « 401-k » : Le salarié décide où placer son épargne, et sa retraite sera l'argent qu'il aura fait fructifié ainsi. C'est lui qui supporte le risque de baisse des cours.

Aujourd'hui 51 millions d'américains ont un « 401-k », et les différents fonds auraient perdu 2 milliards de dollars. Même les placements pour les fonctionnaires et les professeurs ont perdu 26% et 10%.

La crise financière met à mal tout le système de retraite. Pour les plans à bénéfices garanties, les entreprises ne savent pas comment elles vont payer ces retraites, sachant que leurs revenus baissent de manière importante. Et Pour les fonds risqués, les salariés ont perdu jusqu'à 40% et plus de leur retraite en bourse.

Les Etats -Unis ne sont pas les seuls à avoir opté pour le système de retraite par capitalisation. C'est aussi le cas de l'Argentine, du Chili, et en Europe, du Royaume Uni, des Pays Bas, de la Norvège, Suède et Finlande. La Hongrie, la Pologne et la république Tchèque sont dans des situations très difficiles.


Autres sujets