Reforme retraites

Les points majeurs de cette réforme.


Le gouvernement a fait voter par le Parlement une réforme des retraites qui a eu pour conséquence immédiate des mouvements sociaux importants, tant le sujet est sensible.

Dans cette affaire, l'inquiétude était générale. D'un côté, inquiétude du gouvernement devant le danger qui menaçait le versement des retraites à court terme faute d'argent, de l'autre celle de la population confrontée à un surcroit d'années de travail, aussi bien pour la population active que pour les jeunes qui ont déjà du mal à trouver des emplois et qui voient ce mal s'aggraver par l'emploi prolongé des plus âgés.

Il y avait nécessité d'expliquer dans le détail les composantes de cette réforme qui portent sur :

- l'âge d'ouverture des droits à la retraite. Toute personne nés en 1956 et plus devra atteindre 62 ans pour obtenir ses droits à la retraite.

- le cas de la pénibilité du travail.

- des mesures favorables aux assurés en difficulté comme pour les parents d'enfants handicapés par exemple et

- le cas des polypensionnés qui pourront pourront bénéficier du régime de retraite de la fonction publique à partir de 2 ans d'activité.

Enfin la loi comporte des mesures indépendantes de la retraite comme l'égalité salariale entre hommes et femmes et les aides de l'Etat pour favoriser l'emploi des seniors.

Toutes ces mesures, aussi bien les mesures restrictives que les mesures compensatoires, ont comme toile de fond la précarité du système actuel. Et il est évident qu'elles devront être révisées dans quelques années, personne ne croyant qu'elles vont solutionner définitivement ce grave problème.

D'où la vogue actuelle de l'épargne retraite sous les diverses formes comme le PERP, plan d'épargne retraite populaire, le PERCO, plan d'épargne retraite collectif, le PERE, plan d'épargne retraite entreprise.

Tous ces plans d'épargne retraite ont pour objectif de compléter pour chaque futur retraité une retraite classique par répartition qui n'est pas en très bonne santé, malgré la réforme, si nous considérons que les fondamentaux ne changent pas et auraient plutôt tendance à s'alourdir, à savoir le vieillissement de la population, pesant de plus en plus lourd sur les épaules de la population active en décroissance relative.

Par exemple, repousser de 2 ans l'âge possible de départ à la retraite ne vaut que pour les quelques années à venir, ce chiffre devant être sans doute révisé à la hausse dans la prochaine décennie et ce, probablement même pour les carrières longues.



Autres sujets