Pour votre retraite ou pour consolider l’avenir de vos enfants, il est nécessaire d’établir un plan financier solide. Avec une fiscalité plus clémente, l’épargne est le moyen le plus sûr et le plus simple pour prévoir les imprévus financiers. Les différents types de livrets, les comptes et les plans d’épargne qui existent s’adressent à tous les profils. En considérant les détails inhérents à ces produits bancaires tels que le plafond, le taux d’intérêt, la fiscalité ou le montant minimum initial, vous pouvez orienter vos finances personnelles dans la bonne direction.

Les livrets d’épargne

Le livret épargne était le document matérialisant le compte d’épargne. Bien qu’ayant été dématérialisé en mars 2005, sa fonction n’a pas changé. Sur ce livret, sont consignées les activités du compte épargne comme les dépôts ou les retraits. Néanmoins, le détenteur peut demander une version papier surtout pour attester de la clôture de son compte. En étant ainsi associé au compte, le livret s’attribue les particularités de l’option choisie.

On distingue donc 4 types de livrets d’épargne. Le compte est caractérisé par son plafond, les intérêts et le montant minimum initial. Le plafond est le montant maximum que peut contenir votre compte. Il est fixé selon le type de compte et le statut du détenteur. Les intérêts quant à eux représentent le pourcentage du montant déposé qui est alloué chaque année à votre épargne. C’est l’un des bénéfices et bonus du compte d’épargne. Le montant minimum initial est la plus petite somme avec laquelle vous pouvez ouvrir votre compte.

  • Le livret A

C’est un compte d’épargne auquel vous pouvez accéder à tout moment. Tout individu majeur ou mineur peut en disposer à raison d’un livret par personne. Les opérations à effectuer sur votre compte sont gratuites. Le plafond est de 22 950 € pour les particuliers et 76 500 € pour une association.

Le montant initial minimum est de 10 € (1,5 € à la Banque postale) et le taux d’intérêt est fixé 2 fois par an par le gouvernement. Le taux annuel en ce moment est de 0,5 %. Quant à la fiscalité (statut par rapport à l’administration fiscale, montant d’imposition), les montants sont exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux.

  • Le livret de développement durable et solidaire (LDDS)

Prévu pour les individus majeurs, vous pouvez en disposer à tout instant. Un mineur peut toutefois en bénéficier s’il n’est plus attaché au foyer fiscal. Comme pour le livret A, il est exonéré d’impôts. Ce type de livret se limite à un exemplaire par personne ou à 2 documents par foyer fiscal. Le plafond est de 12 000 € et le taux d’intérêt est de 0,5 %. Il n’y a pas de montant minimum initial, mais certaines structures exigent un fond de départ de 15 €.

  • Le livret d’épargne populaire (LEP)

Établi pour les particuliers avec des revenus faibles, ce compte est accessible pour les personnes ayant leurs domiciles fiscaux en France à raison d’un exemplaire par personne ou de 2 documents par foyer fiscal. Pour en obtenir un, il faut que vos revenus ne dépassent pas une certaine limite fixée par le gouvernement selon que vous êtes en métropole ou en région d’outre-mer. Le versement initial minimum est de 30 €. Le solde des opérations bancaires doit toujours rester positif. Le plafond est fixé à 7700 € (hors intérêts) et le taux d’intérêt annuel à 1 %. Les intérêts sont bien sûr exonérés d’impôt sur le revenu.

  • Le livret jeune

Si vous êtes à la retraite, ce livret n’est pas susceptible de vous intéresser. Il s’adresse aux jeunes ayant entre 12 et 25 ans et résidant en France. Il offre l’avantage de mettre des fonds de côté pour le futur. Le compte est détenu par une seule personne et le versement initial minimum est de 10 €. Le plafond est de 1600 € (hors intérêts) et le taux est fixé par les banques sans avoir à être inférieur à 0,75 %.

Les plans épargne

Le plan épargne est un placement sur le long terme. Il se présente sous deux variantes avec des spécificités intéressantes.

  • Le plan épargne logement (PEL)

Cette option permet à l’épargnant de mettre suffisamment de fonds de côté pour un achat immobilier. Le compte est bloqué pendant au moins 4 ans avec un versement initial de 225 €. Vous devez en plus effectuer un versement minimum de 540 € par an selon des exigences fixées par le contrat. Le plafond est fixé à 61 200 € et le taux d’intérêt à 1 %.

Quant à la fiscalité, les plans épargne logement établis à partir de 2018 sont imposés. La structure bancaire prélève un pourcentage lors du versement des intérêts à hauteur de 30 % pour englober l’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux. Le compte est considéré comme inactif si aucune opération n’est faite durant 5 ans.

  • Le plan d’épargne en action

Il est réglementé et consiste en l’acquisition d’un portefeuille d’actions d’entreprises européennes. Le plafond de versement est fixé à 150 000 €. Même s’il est réservé à des majeurs, il existe des plans d’épargne en action jeune dont le plafond est de 20 000 €. La fiscalité dépend de la date des retraits. Les revenus sont soumis aux prélèvements sociaux. Les retraits avant 5 ans peuvent aboutir à la clôture du compte.

Les comptes épargne

Il s’agit d’une épargne à vue qui permet de bénéficier des fonds mis de côté. Elle offre la possibilité d’immobiliser les fonds pour un plus grand intérêt. À ce titre, elle se présente sous deux formes.

  • Compte épargne logement CEL

L’objectif est le même que celui du PEL sauf qu’ici, les fonds sont disponibles. Grâce à cette approche, il est possible de bénéficier d’un prêt immobilier. Les comptes ouverts avant 2018 sont exonérés d’impôt sur le revenu et des prélèvements sociaux. Ceux d’après 2018 sont soumis à un prélèvement forfaitaire de 30 % par les structures bancaires. Toute personne majeure ou mineure peut y accéder à raison d’un modèle par individu. Il est néanmoins possible de l’associer à un PEL. Le montant minimum initial est de 300 € et le plafond de 15 300 €. Le taux d’intérêt est fixé à 0,25 %.

  • Compte à terme CAT

Les sommes déposées sur ce compte sont bloquées sur une certaine période avec un taux d’intérêt plus élevé que ceux des autres placements. Les banques peuvent offrir différentes possibilités selon le taux d’intérêt établi pour le client. Les détails concernant chaque catégorie sont donc reportés dans le contrat bancaire. L’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux s’appliquent aux intérêts.

Les solutions pour épargner en France sont conçues pour être accessibles aux différentes catégories sociales. Pour votre retraite, il est donc possible d’accéder à une option adaptée à vos revenus et à votre situation financière.